Les retards ? Comment ramener tout le monde à la raison ?

Les retards ? Comment ramener tout le monde à la raison ?

En tant que dirigeant d’entreprise, vous avez très certainement déjà rencontré cette situation désagréable où un (voire plusieurs) employé arrive systématiquement en retard. C’est d’autant plus désagréable que ses retards ont des répercussions sur le travail de ses collègues. Mais que pouvez-vous faire ?

Nous vivons une époque surprenante où le télétravail est devenu la norme. Dans ce cadre, imposer des horaires peut paraître inadapté tant les personnes adoptent des méthodologies de travail bien plus flexibles. Mais il existe des emplois où les horaires de chacun sont primordiaux pour assurer le bon fonctionnement de la société dans son ensemble. Dans ce cadre, trop souvent, l’employé systématiquement en retard s’apparente à ce grain de sable qui vient enrayer la plus belle des machineries.

La solution radicale : un licenciement

Dans l’esprit commun, on pense souvent que des retards répétés ne peuvent être la raison d’un licenciement pur et simple. Détrompez-vous ! Les retards répétés sont bel et bien une motivation suffisante pour licencier un employé. Mieux encore (ou devrions-nous dire pire), des retards répétés ou systématiques peuvent donner lieu à un licenciement pour faute grave (cela entraînant qu’il n’y a ni préavis ni indemnités). Il faudra toutefois que l’employeur ait, au préalable, fait état du dysfonctionnement à l’aide de différents avertissements, qu’ils soient écrits ou oraux.

Le recours à des sanctions

La solution indiquée ci-dessus est pour le moins radicale et nécessitera que, dans un premier temps, vous avertissiez le collaborateur indélicat que ses retards répétés ont des répercussions sur le travail de ses collègues. Si cela ne fonctionne pas, vous pourrez opter pour une réprimande officielle, le plus souvent signifiée par recommandé. C’est une étape supplémentaire, mais qui pourrait vous donner le droit, en tant qu’administrateur de société, de recourir à des sanctions plus pragmatiques comme le fait d’infliger une amende ou d’effectuer une retenue sur la rémunération, de suspendre le travailleur pour une durée déterminée, voire même de lui faire perdre le titre s’il fait partie des cadres de l’entreprise. Inutile de préciser que ce type de sanctions peut avoir des répercussions sur la bonne ambiance de travail.

La déduction des heures non prestées

Sans que cela ne vous empêche, en tant qu’employeur, d’appliquer des sanctions, vous êtes de toute manière en droit de ne pas payer les heures de travail qui ne sont pas prestées. Certes, cela exige de votre part que vous ayez un moyen de preuve pour indiquer au collaborateur le temps ainsi « dérobé » à l’entreprise (on parle ici d’une pointeuse ou d’un système d’enregistrement sur l’ordinateur de l’employé). Si vous êtes en possession de ces preuves irréfutables, vous pouvez donc réduire le temps de travail effectué sur la fiche de paie de l’employé.

Les solutions alternatives

Certes, les solutions évoquées ci-dessus ne sont pas destinées à installer une bonne ambiance au sein de votre société, mais elles peuvent s’avérer nécessaires. Toutefois, nous préconiserons toujours de se lancer au préalable dans des solutions alternatives. La première est de comprendre pourquoi telle ou telle personne est en retard de façon systématique et, le cas échéant, de modifier ses horaires afin que ceux-ci soient plus en phase avec la vie de l’employé. Dans le même temps, une fois déterminée la raison des retards, il peut aussi être demandé au collaborateur de chercher des solutions de son côté afin de résoudre la problématique.

Vous avez des questions sur le coût d’un licenciement ? Posez-les à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous répondre.

keyboard_arrow_up