Qu'est-ce que le télétravail va changer ?

Qu'est-ce que le télétravail va changer ?

Contraints et obligés par notre gouvernement, nous avons tous, avec plus ou moins d’entrain, opté pour le télétravail. Un véritable défi puisque, jusqu’alors, plus de 40% de la population active n’avaient jamais expérimenté cette possibilité. Tendra-t-elle à se généraliser ? Et quelles en seront les conséquences ?

Une chose est certaine : en matière de télétravail, il y aura un avant et après Covid. Ceux qui doutaient le plus de son efficacité sont aujourd’hui obligés de reconnaître que le télétravail offre de nouvelles possibilités dans l’organisation du travail. Mais encore faut-il savoir ce que cela peut entraîner, tant pour l’employeur que pour l’employé, au niveau de la rémunération.

Une refonte de la Convention Collective de Travail

Les temps changent et, avec eux, nos habitudes de travail. En prouvant par l’exemple que le télétravail pouvait avoir une certaine efficacité, il est désormais important que l’on établisse plus clairement les règles qui établissent celui-ci. Il y a bien évidemment le nombre de jours admis qui devra être établi au sein de chaque société. Le télétravail deviendra structurel et fera l’objet de négociations afin de permettre aux uns et autres d’en profiter dans les meilleures conditions.

Il est aussi important de noter que le législateur a déjà apporté un accord de principe sur les indemnités que l’employeur devra accorder à ses employés. En effet, ces derniers consomment de l’eau, du gaz, de l’électricité, mettent leur connexion Internet au service de l’entreprise et doivent pouvoir communiquer, parfois même à l’aide de leur téléphone portable privé. Des forfaits ont ainsi été établis, l’emploi de l’ordinateur personnel pouvant, et ce n’est qu’un exemple, donner droit à une indemnité de 20 euros par mois.

Forfait ou frais réels ?

Si la quotité forfaitaire des revenus fixée à 30% des revenus (avec un maximum de 4810 euros) est la solution choisie par le plus grand nombre, il est toujours possible d’opter pour les frais réels. Ceux-ci peuvent être intéressants pour différentes catégories de travailleurs, par exemple ceux qui habitent loin de leur lieu de travail et qui ne bénéficient pas d’une voiture de société, mais cela montre aussi des inconvénients.

Le premier de ces inconvénients liés aux frais réels est que l’employé devra conserver l’ensemble des justificatifs liés à ses dépenses professionnelles. Il devra par ailleurs prouver pour chacun de ces justificatifs que la dépense avait bel et bien un caractère professionnel. Enfin, cela ouvre la porte à un risque accru de contrôle.

Certes, dans ce cas, vous pouvez toujours faire appel à un professionnel du chiffre, mais ses services représenteront également un coût. Il est donc primordial, avant de prendre ce genre de décision, de peser les pour et les contre, mais aussi de vérifier que le gain financier sera effectif.

Moins de possibilités de négocier son salaire ?

D’aucuns s’inquiètent déjà que le télétravail ne soit une opportunité de ne plus accepter de négociations salariales. En effet, si le télétravail est devenu l’arme ultime pour convaincre un talent de rester au sein de l’entreprise, il est aussi une arme à double tranchant pour les employés locaux.

Un employé pouvant revendiquer des compétences particulières possède indubitablement une valeur. Mais celle-ci est différente en fonction des régions où ces compétences s’exercent. Le télétravail fait tomber de facto toutes les frontières, mettant une pression que l’on n’imagine pas encore sur les salaires. À compétence égale, il y a de fortes chances que l’employeur optera pour le salaire moindre, la tâche étant effectuée dans tous les cas depuis le domicile du travailleur, que celui-ci se trouve au coin de la rue ou à l’autre bout du monde. Le principe est particulièrement vrai pour les emplois hautement qualifiés qui ne nécessitent pas une présence dans les locaux de l’entreprise.

L’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Le monde du travail connaissait déjà un immense bouleversement en termes de priorité chez les employés. Le salaire n’était plus l’élément unique motivant les uns et les autres à opter pour telle ou telle entreprise. Cette tendance s’est renforcée avec la crise que nous venons de traverser. Raison pour laquelle les employeurs ont tout intérêt à proposer des packages salariaux non seulement attrayants, mais aussi flexibles.

Le télétravail bouleverse considérablement les critères de sélection du bon candidat pour un poste. Alors que l’on rechignait jusqu’il y a peu à engager une personne habitant loin du bureau, cette distance est aujourd’hui beaucoup moins importante. De même, il sera primordial de tester d’emblée le niveau de confiance et de motivation qui lie l’employeur et le candidat. Sur base de ces critères, il sera ensuite possible de proposer un package adapté aux besoins réels du candidat afin que celui-ci puisse, individuellement, optimiser son ratio vie privée / vie professionnelle.

Les avantages changent de nature

Une chose est certaine : cette mise en avant du télétravail a modifié notre rapport à la voiture de société. Non seulement, elle n’est plus aussi nécessaire qu’avant puisque nous limitons nos déplacements professionnels pour les remplacer par des visioconférences et de la collaboration dans le cloud, mais nous souhaitons de plus en plus adopter des modes de déplacement alternatifs, plus en phase avec notre besoin de durabilité.

Pour les employés bénéficiant d’une voiture de société actuellement, il est possible d’opter pour un budget mobilité. Il n’est plus question ici de posséder une berline rutilante, mais bien de consacrer la somme que celle-ci pouvait représenter dans le budget de l’entreprise à des moyens de transport différents. Cela va d’une voiture moins polluante – électrique, par exemple – à du cash en passant par l’utilisation de moyens de transport durables comme les vélos partagés, le vélo (tout court), les trottinettes électriques…

Il faut, sur ce point, garder deux choses à l’esprit : d’une part, c’est l’employeur qui décide de quelle manière le budget mobilité est redistribué (et notamment comment le cash peut être versé) et, d’autre part, c’est l’employé qui doit trouver des solutions ‘privées’ pour ses besoins de mobilité qui ne disparaissent bien évidemment pas complètement.

Le télétravail ne manque pas d’intérêt, économique et organisationnel. Il est aussi source de nombreuses questions quant à la manière d’optimiser fiscalement le recours à celui-ci. N’hésitez pas à les poser à Magecofi-Atecofi via son formulaire de contact. Nous nous ferons un plaisir de vous guider vers une solution adaptée à vos besoins.

keyboard_arrow_up